J’ACCUSE – Témoignage d’une victime

laurent teboul



Témoignage anonyme d’une victime d’un galeriste Parisien qui, d’après l’alerte de notre source et victime, n’aurait pas laissé qu’une seule victime dans son sillage.

*Le nom de la victime fut changé pour protéger son anonymat.



TÉMOIGNAGE TRAUMATIQUE DE PIERRE – UNE VIE TOTALEMENT BRISÉE

La victime sera nommée Pierre pour le préserver de représailles. Il fut violé à 5 ans et demi par Laurent Teboul, galeriste Parisien. En échange, tel comme s’il remerciait un serveur dans un restaurant, il offrit à la victime une peluche provenant des dessins animés de Disney, Mickey. La victime a souffert de dissociation, comme c’est souvent le cas dans ce genre de situation et mit un long moment, plusieurs années, avant de réaliser ce qui lui était arrivé. Et les traumatismes ne s’arrêtèrent pas à la simple dissociation d’identité. Peu de temps après le viol, encore jeune petit garçon de 5 ans, Pierre se masturbait sur la peluche qui lui fut offerte par son violeur, tentative vaine d’exorciser son drame. Suite au choc physique et psychologique, Pierre ne pouvait se retenir de faire ses propres besoins sur lui-même… Il n’eut aucune vie sociale, resta très solitaire, impossible pour lui de travailler, le contact auprès des gens lui étant insupportable. “J’ai perdu 20 ans de cotisation, sans pouvoir travailler car j’étais complètement dissocié par sa faute et j’ai à peine aujourd’hui un travail depuis 7 mois…Pour moi et les personnes violées tout est souvent plus dur en général, car il faut mettre plus d’énergie, si on veut vraiment avancer…” Nous confiera-t-il. Et son cauchemar est sur plusieurs couches. Il est ce que l’on pourrait nommer polytraumatisé. Il survécu à un attentat à la bombe à Paris lorsqu’il fut emmené par sa mère à ce qu’il qualifie “d’énième réunion de témoins de Jéhovah”. Plus tard, c’est la violence de son propre frère qu’il subira. Ce dernier tenta de le tuer plusieurs fois et semblait entretenir une relation sexuelle avec l’agresseur violeur pédophile de Pierre, Laurent Teboul. Son frère, dit-il, aurait reçu de l’argent en échange de ses relations homosexuelles avec l’intéressé. Détruit à tous les niveaux, Pierre tomba donc dans les drogues, comme c’est souvent le cas dans ce genre d’affaire et fut violé une seconde fois, alors sous les effets des drogues, mais en tant que jeune adulte de 20 ans, encore une fois par le même violeur. Cette fois, souffrant de ce qui semble être le syndrome de Stockholm dans toute sa splendeur, il y retourna de son plein gré, en échange de vêtements et d’un peu d’argent. Lorsque Pierre nous confie son histoire, il semble persuadé que son premier viol fut prémédité et l’explique ainsi : “il avait fermé la porte quand on est rentré dans l’appartement de ses parents qui n’étaient pas là. Il a dit à mon frère, “attends nous, on revient dans un instant” et ça a duré 30 minutes. Il m’a demandé de m’asseoir sur le canapé, je me suis retrouvé sans mon pantalon, sans mon slip. Il avait le sexe en érection, puis il m’a pénétré, en me disant que ce n’était rien, de ne rien dire, etc… J’avais le cul cassé, désolé de dire cela de la sorte mais c’est ce qu’il m’a fait et je n’avais que 5 ans, une ordure…”. Il fallu pas mal d’années à Pierre avant de se décider à agir et à déposer une plainte. C’est en 2006 qu’elle sera déposée à la Brigade des mineurs de Paris. La première réponse qu’il reçut fut que comme Teboul n’avait pas encore la majorité lorsque le viol eut lieu, il n’aurait de toute façon eu à l’époque, si Pierre avait pu porter plainte, qu’un traitement médicamenteux et pas de prison. C’est d’un ton désabusé que Pierre ajouta “de toute façon, avec cette justice de merde, tout est prescrit…”. Pierre apprit que cet homme avait gardé des enfants chez lui à plusieurs reprises et s’inquiète qu’il y ait d’autres victimes, raison qu’il le pousse aujourd’hui, bien qu’il ne puisse judiciairement plus rien faire, à nous demander de partager son témoignage. “Il faut dénoncer ce type, cet homme doit payer pour ce qu’il m’a fait, et ce qu’il a probablement fait à d’autres par la suite. J’ai trop souffert, mais même si pour moi il est trop tard, peut-être que d’autre victimes se manifesteront ! Des victimes qui, elles, ne tombent pas dans la prescription…”




PROFIL DE L’INDIVIDU



Galeriste, cela ne nous étonne pas, ils sont nombreux, pour exemple, à composer le little black book de Epstein/Maxwell. Le milieu de l’art, qui plus est, est bien connu pour abriter un vaste réseau de pédophiles qui, comme le dit Matzneff lui même dans son livre, “s’échangent les petits garçons du réseau de ses amis”. Nous pensons directement au quatuor pédophile Jack Lang, Pierre Bergé, Yves Saint Laurent et Jacques Granges, pour ne citer qu’eux. Tous dans l’art et la culture… Culture pédophile. Teboul est un riche galeriste devant, d’après nos estimations, toucher plusieurs millions d’euros par an. D’après Pierre – et nous pouvons confirmer son lien- il possède une galerie d’art Secret Gallery et sa boite de communication et d’art Galuchat. Nos recherches nous menèrent à plusieurs autres sociétés, toutes localisées dans les beaux quartiers de Paris. Un Élément nous a beaucoup perturbé. Un tableau, représentant un Mickey recouvert d’une peinture à l’aspect plus que subjectif (photo ci dessus). Pierre considère ce tableau comme une représentation de son viol. Nous ne pouvons qu’admettre que nous en avons la même opinion et c’est effrayant. L’homme est relativement anonyme par son empreinte numérique nous permettant généralement de remonter beaucoup d’éléments. Beaucoup de victimes n’obtiennent pas de voix dans les journaux, dans les médias, dans les commissariats. Voilà pourquoi ici, elles auront toujours une tribune, lorsqu’elles arrivent avec un dossier concret et des preuves qui justifient la publication de leur témoignage. Bravo à Pierre pour avoir été si courageux et nous espérons que si cet homme a laissé des victimes dans son sillage, elles nous contacteront pour, à leur tour, témoigner.

Source 1, 2, 3, 4

 

#Fsociety